L'ORIGINE DES FORGES ET DES USINES À LACANCHE JUSQU'À NOS JOURS

La tradition industrielle de Lacanche qui se perpétue encore aujourd'hui remonterait aux Gaulois, à l'établissement des forges.

On trouvait sur place les éléments nécessaires au développement de la sidérurgie: minerai de fer, bois des forêts pour l'énergie thermique, le ruisseau de Lacanche pour la force motrice et la terre argileuse pour la conception des moules.
La première forge, tenue par les Gaulois qui avaient construit deux barrages sur la rivière pour l'alimenter, se situait entre "le creux des Barria et les prés Robert". C'était la forge d'en bas qui protégea au IX siècle le château fort, propriété de Sire de Mâlain. La seconde forge était établie sous la chaussée de l'étang. Cette forge appelée "la forge d'en haut" exista jusqu'en 1790.

Les forges furent élevées à l'initiative de Odot de Mâlain qui était fondeur du Duc de Bourgogne et qui fut anobli en 1443.

En 1665, les forges ne suffisant plus à une exploitation sans cesse grandissante, c'est alors que Richard de Curtil, riche propriétaire foncier, édifia un bas fourneau afin d'utiliser les richesses de ses terres. (Le minerai de fer, le bois et l'eau). Très rapidement la fonte de Lacanche connut une excellente réputation.

En 1793, les usines de Lacanche produisaient des armes, des bombes, des boulets et des obus utilisés par les armées de la République, pour les guerres de l'empire.

En 1796, l'affaire fut cédée à la famille CAUMARTIN qui lui donna une extension considérable en ajoutant la fonderie de deuxième fusion. Il s'agissait alors de fabriquer et de commercialiser quantité d'objets en fonte.
De 1812 à 1822, l'usine fut encore améliorée par la construction de deux hauts fourneaux.
Ceux-ci furent démolis en 1890 et remplacés par les cubilots ou fourneaux à la WILKINSON rendus indispensables par l'évolution de la technique industrielle.

La famille CAUMARTIN s'allia ensuite à la famille COSTE. Les usines COSTE-CAUMARTIN étaient nées.

Au début du XXème siècle, les fonderies s'orientaient vers la production d'ustensiles de cuisine et d'appareils de chauffage. Ces appareils construits entièrement en fonte noire étaient à l'époque les premiers du genre commercialisés en France.
Au lendemain de la guerre 1939-1945, les établissements COSTE-CAUMARTIN lancèrent sur le marché une cuisinière à charbon révolutionnaire. "la cuisinière à feu continu".

Par la suite, les fabrications COSTE se sont multipliées avec l'apparition de nouveaux combustibles tels que le gaz, le mazout, l'électricité.

Dans les années 1950-1965, l'usine COSTE comptant 500 salariés et la commune près de 1000 habitants (943 habitants au recensement de 1968). L'usine COSTE satisfaisait tous les besoins en chauffage et en cuisine domestique quel que soit le combustible utilisé.

1972: Les premières difficultés
Malgré la sortie des chaînes de montage d'un appareil inédit "le culipact" sorte de cuisinière four-grill révolutionnaire, l'entreprise COSTE-CAUMARTIN est amenée à faire un dépôt de bilan en janvier 1972. 360 ouvriers se retrouvent au chômage.

L'usine fut reprise après quelques mois de négociation par la société FAR (Fonderies et Ateliers du Rhône) mais l'activité ne suivit pas les intentions affichées.

En 1981, VALEO qui avait pris le contrôle de Paris-Rhône dont FAR était une filiale décida la fermeture des usines de LACANCHE ce qui entraîna 226 licenciements.

Le village de Lacanche, fut à nouveau sous le choc et le canton d'Arnay-le-Duc perdait sa mono-industrie et son pôle pourvoyeur d'emplois.

1982 : Le renouveau

M. André AUGAGNEUR, ancien cadre commercial de l'entreprise COSTE-CAUMARTIN créa la SIL (Société industrielle de Lacanche) reprenant une quarantaine de collaborateurs et s'engageait dans une activité de sous-traitance. La SIL s'orienta sur un marché de niche, les fourneaux pour restaurants (marque Ambassade) et les fourneaux haut de gamme pour les amateurs de grande cuisine (marque LACANCHE) Le succès fut au rendez-vous. Aujourd'hui l'entreprise compte plus de 120 salariés et construit les célèbres pianos gastronomes LACANCHE.
M. Jean-Jacques AUGAGNEUR, Fils de M. André AUGAGNEUR,  dirige l'entreprise à ce jour. Depuis sa création, l'entreprise est spécialisée dans la conception et la commercialisation d'appareils de cuisson. Ces produits sont aussi bien destinés au marché des professionnels qu'à celui des particuliers.

 

LACANCHE: Les pianos gastronomes en 2017